Convoyage Antibes-Port Miou du 11 au 16 mai

Dimanche 11 mai: Le bateau revient de Corse vers 11h30

Remise en condition convoyage tout l’après midi .

Je viens d’apprendre que les convoyeurs étaient arrivés trop tôt sur le bateau, et avaient perturbé les régatiers, je pense que la prochaine fois, les régatiers se débrouilleront seuls à nous remettre le bateau en configuration croisière ?

lundi 12 mai : Nous sommes obligés de quitter notre place, dès 8h du matin. L’’occupant légal devait lui-même quitter le carénage, où il était, et voulait bien sûr revenir à son emplacement, pas d’autre place disponible pour nous , ou alors dans un endroit impossible !

Un comportement pas très sympa des organisateurs , que je ne suis pas seul à partager (voir notre président).

Par contre, nos voisins de ponton nous ont aimablement indiqué des abris , au cas où…

Heureusement, le fort mistral du dimanche s’était calmé dans la nuit, et n’est revenu qu’en milieu de journée du lundi , à notre arrivée à Agay , où nous mouillons sur bouée payante, mais sécurisante .

Mardi 13 mai : trop de vent prévu vers St Tropez, nous restons à Agay.

Pas de vent le matin , mais il soufflera à 35 kts l’après midi, et toute la soirée.

Nous admirerons donc le paysage du sémaphore du Dramont

Mercredi 14 mai : Agay / Port Man où nous mouillons au meilleur endroit au fond de la baie, seul bateau au début, on se retrouvera à une dizaine avant la nuit, mais toujours tranquilles et bien abrités.

Jeudi 15 mai : Port Man / Les Embiez

Le passage de Sicié se fera avec de la houle résiduelle 1m à 1.5m, mais vent modéré (15kts max) à faible, d’où une partie au moteur.

Le soir, notre président nous rejoindra après une longue journée de navigation sur TY MAR.

Vendredi 16 mai : Les Embiez / Port Miou

Départ des Embiez avec TY MAR .

Le vent d’Ouest montera progressivement à 19 kts en arrivant à la maison d’Orion vers Midi .

On aura joué à cache cache avec le vent depuis le 1er mai !!

Et samedi matin, Orion repartait à nouveau pour 2 jours.

Quelle vie !!!

Conclusions :

Notre ORION est un bon et beau bateau, qui marche toujours bien, mais qui vieillit comme tout le monde (on en sait quelque chose : moyenne d’âge des convoyeurs du retour d’Antibes : 69 ans ! )

Pour pouvoir en profiter encore longtemps, il faut le soigner, car tres sollicité.

Ci après, une liste des petits travaux effectués (ou à faire) pendant cette sortie de 15 jours, comprenant la Croisière Bleue.

-frigo :le ressort de la porte a fini par casser (pendant la régate), et a été remplacé aux Embiez(magasin AD).

-ampoule feux de nav avant , grillée (constaté pendant Croisiere Bleue), a été remplacée et rechanges achetées aux Embiez.

-le feux droit de la gasinière fumait noir et salissait les casseroles: nettoyage de l’arrivée du gaz sous le gicleur (il y avait des résidus noircis).

Ça fonctionne beaucoup mieux, mais il faudra peut être nettoyer encore un peu.

-bouilloire : l’axe d’articulation du « chapeau » du bec verseur était tombé : remis en place (retrouvé sur la plaque des feux).

A noter : elle a été remarquablement astiquée par un des régatiers à Antibes , et n’avait pas brillé comme ça depuis longtemps !!!!! 

-pieds inox de table du carré revissés au sol(2 vis tournaient dans le vide ).

-suite à Croisière Bleue, sac arrière babord, malmené par les paquets d’eau de mer, supports déchirés, réparés…comme on a pu.

Pour les mêmes raisons, la bouée orange largable, a été larguée involontairement en mer, avec son feu, et le sac blanc contenant l’ensemble, il restait le bout orange… il faudrait trouver un moyen pour fixer esthétiquement, et efficacement, le nouveau matériel acheté à Calvi, et son long bout d’origine (provisoirement installé dans le sac réparé).

Encore pour les mêmes raisons, les régatiers et leurs gilets ont été rincés à l’eau de mer pendant la régate, nous avons laissé les régatiers se déssaler tout seuls, mais les gilets ont été rincés (encore), à l’eau douce cette fois , et séchés au soleil et au vent (tres généreux).

-feux de navigation arrière : étanchéité reprise.

-échelle de secours : le barreau du haut est cassé ;

-les 2 batteries de servitude ont été changées par Guillaume à Antibes : elles fonctionnent très bien .

-GV : 1 coulisseau était cassé avant départ du 1er mai :remplacé avant de partir de Port Miou.

Point d’amure : les sangles se déchiraient, et l’anneau était tres rouillé : réparé par le voilier, grâce à Guillaume, entre les 2 convoyages.

Également changées : les 2 sangles avec anneaux servant à prendre les ris(anneaux également rouillés) .

-Génois :à Antibes, au remontage, la manille du point d’amure, fixée sur l’enrouleur,. manquait (j’en ai prélevé une sur une poulie de spi , remise en état avec une autre manille plus longue).

-la prise Haut Parleur extérieur a été cassée, il faudrait mettre un raccord mâle/femelle à l’intérieur pour éviter ce problème.

Il faut donc une prise M et une prise F, un fer à souder, et de la soudure (il y en a un peu à bord).

-nous avons profité des nouveaux coussins, amenés à Antibes par Guillaume : ils sont beaucoup plus fermes, mais tres bien, de couleur claire, et comme d,habitude, il faudra veiller à ne pas poser d’affaires sales dessus (sacs,etc…).

Les relever en navigation, et les installer à plat, uniquement pour dormir , est un minimum de précautions, en plus, peut etre utiliser un drap ? (déjà fait par certains d’entre nous).

-mouiller l’ancre : comme d’habitude, la partie normalement tournante du gindeau tourne mal , ou trop bien ! (sel,…), il faut être tres vigilant , car ça peut devenir dangeureux en libérant par ex la chaine d’un coup à grande vitesse …et le blocage n’est pas loin de la chaine !

Entretien minimum : il faut bien rincer cette partie du guindeau quand on laisse le bateau.

-j’ai essayé de remplir le cahier de bord, au fur et à mesure des jours qui passaient , et des BMS qui tombaient (cahier qui doit obligatoirement être rempli, n’est ce pas … ?)

-propreté des dessous des planchers : Nous les avions nettoyés en prenant le bateau . Nous ne voulions pas stocker des bouteilles d’eau dans des espaces pourris, nous y avons, d’ailleurs trouvé des bouteilles si sales, qu’elles disparurent illico dans les poubelles !! Nous avons dû refaire le même nettoyage à notre retour à Port Miou, constatant la rapidité des dépots abandonnés involontairement, d’où une petite remarque : ce n’est pas parce qu’on ne prend le bateau que peu de temps, qu’il ne faut pas jeter un œil sous le plancher, et si nécessaire donner un petit coup de Mr Propre !!!!!!

-et puis…et puis…, nous avons touché sur un haut fond à l’ile d’or (près d’Agay).

Le contact a été faible, mais ressenti nettement, sans ralentissement du bateau , qui était à vitesse très faible .

Vu le manque d’équipement , et la température de l’eau, personne n’est allé voir : on cherche un volontaire pour plonger …

Christian T