PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

« Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne vous prenne à la gorge. »

W. Churchill

Contact : Etienne (etienne.delmas@cea.fr)

La mer a toujours été importante pour l’Homme.
Elle nous nourrit, nous transporte et nous apaise.

Il est donc tout à fait évident pour notre section de participer à la protection de cet éco-système fragilisé.

Nous pratiquons déjà le tri des déchets à bord d’Ohana et nous souhaitons aller encore plus loin en intégrant le projet Secchi Disk à nos activités.

L’étude du plancton est au cœur de ce projet et pour participer à notre mesure, c’est rapide et à la portée de tous !

Pour vous présenter précisément ce projet,nous laissons la parole à Solène, qui travaille sur une thèse en biologie au CEA Cadarache et est l’une de nos adhérentes :

« Le plancton est à la base de la chaine alimentaire des océans mais il est aussi un acteur majeur de la fixation du C02 et de la production d’oxygène via la photosynthèse (il représente à lui seul 50% de la photosynthèse mondiale).
Il est actuellement mis à rude épreuve par le changement climatique. Mais comment se comporte-t-il ? Réussira-t-il à s’adapter ?
Les études récentes mettent en évidence que la concentration globale de phytoplancton a chuté de 40% sur ces 50 dernières années.  

Pour étudier ces habitants des mers  microscopiques, les scientifiques ont besoin de campagnes d’échantillonnages régulières (pour connaitre l’évolution au cours des saisons et année après année) mais surtout à l’échelle mondiale.

Un projet aussi ambitieux nécessiterait un budget colossal ! 

La science participative est la meilleure des solutions pour ce genre d’étude à grande échelle. 
La science participative consiste à demander aux particuliers de réaliser des mesures que les scientifiques analysent. 
En profitant des sorties régulières des voiliers de particuliers, les scientifiques espère pouvoir obtenir des mesures régulières et nombreuses partout à travers le globe ! 

Les marins que nous sommes ont donc la possibilité de participer à la mesure du plancton océanique. 

La fondation Secchi Disk propose un dispositif très simple permettant de mesurer la teneur en planctons, ainsi qu’une application pour smartphone permettant de collecter la mesure et les paramètres donnés par le téléphone tels que la position GPS et l’heure. 
Les données collectées sont corrélées aux images satellites et ont déjà permis une première publication scientifique dans le journal Plos One (pour les curieux : https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0186092)  

Que faut-il pour prendre part au projet ?

* Un mètre ruban de 50m + un disque blanc mate de 30cm de diamètre + de quoi le faire couler (un petit poids de 200g suffira amplement) -> Ce matériel sera bientôt disponible sur Ohana.

* Installer l’application Secchi (disponible gratuitement sur l’App Store : ici, Google Play : ici et Microsoft : ici)

Quand et où faire une mesure ?

Il faut attendre d’être éloigné de la côte pour ne plus voir le fond et surtout être loin d’un fleuve (pour ne pas avoir de sédiments en suspension mais que du plancton !). Il faut aussi une météo dégagée entre 10h et 14h de la journée. 
Une fois le bateau à l’arrêt, dos au soleil, il vous suffit de mettre le disque à l’eau, le faire descendre et de déterminer au mieux la profondeur à laquelle il disparait. Pensez à enlever vos lunettes de soleil ! Video : ici.
Simple, non ? Ensuite rendez-vous de suite sur l’application, elle enregistrera votre position GPS, l’heure, votre mesure et la température de l’eau si vous la connaissez ! (Pas besoin de connexion internet pour rentrer ces infos, juste un signal GPS ! Les informations seront retransmises lorsque votre téléphone retrouvera la terre ferme et une connexion internet (et apparaîtront dans les 48h sur cette carte interactive mondiale : ici).  

Comment ça marche ?

De même que les sédiments en suspension dans l’eau, les planctons sont responsables de la turbidité (état plus ou moins trouble d’un liquide) de l’eau. 
Or loin des fleuves, à l’écart des côtes, les planctons règnent en maître ! 

En mesurant la turbidité de l’eau, on obtient donc une mesure de la concentration de planctons présente dans la colonne d’eau. 

Les scientifiques ont défini une mesure appelée profondeur de Secchi correspondant à la profondeur à laquelle un disque blanc de 30cm n’est plus visible depuis la surface. 
Cette mesure est corrélée à turbidité de l’eau : plus la mesure est petite, plus l’eau est trouble donc plus il y a de planctons ! 

Cette mesure peut être mise en relation avec la couleur de l’eau vue par satellite, ce qui permet d’étendre la mesure ponctuelle à des zones géographiques plus vastes. 
Cette corrélation a fait l’objet du premier papier scientifique publié récemment par l’équipe de recherche derrière ce projet.     

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page officielle de la fondation Secchi Disk : http://www.secchidisk.org/  

Bon vent les planctonautes 😉 »