Sortie protection de l’environnement 26 et 27 Octobre

Sortie protection de l’environnement 26 et 27 Octobre

31/10/2019 1 Par EtienneD

Équipage : Thierry R. , Mary S., Etienne D., Charlie M., Anne C;, Mathieu M.-C.

L’objectif de cette sortie était de découvrir la mer sous un nouvel angle, de découvrir la richesse de ce qui se passe sur et sous sa surface, de mieux comprendre les impacts des activités humaines sur ce milieu et réfléchir à des actions concrètes à mettre en place sur le bateau.

Samedi

Rendez-vous au bateau vers 8h30, le transport du matériel jusqu’au bateau est compliqué par le ponton qui est partiellement effondré au niveau du CNPM. Après le petit dej, nous partons au moteur (3Nds de vent) jusqu’à l’île Verte où nous mouillons à midi (calanque Seynerolles). Après le repas (pâtes carbo d’Etienne), Charlie nous fait une première présentation sur les espèces. Il nous présente les grandes familles d’animaux marins et le type d’espèce qui les composent. Nous découvrons une diversité que nous ne connaissions pas.

Notre pêcheur pêche un beau morceau de plastique

C’est là que nous apprenons que la posidonie est une plante et pas une algue ! Matthieu nous le rappellera tout le week-end! Elle se nourrit su sol avec des racines contrairement aux algues.

Vaisselle à l’eau de mer

Nous partons ensuite à la voile (bon plein, vent 13Nds) vers Saint Cyr où nous mouillons (côté Madrague). Nous partons faire des prélèvements d’algues et de sable pour regarder au microscope. L’eau est à 20°C et nous n’avons pas besoin de combinaison ! Nous testons le filet à plancton.

Ensuite, après quelques crêpes de Charlie, nous passons à l’observation avec le microscope prêté par le BIAM. Nous voyons les cellules des algues et des plantes, de petites bêtes se déplacer sur les feuilles. Au niveau du plancton, après avoir concentré l’eau nous voyons de superbes formes apparaître (diatomées, …). Nous observons aussi un beau Bernard l’Hermite.

Nous avons ensuite commencé à discuter des actions concrètes que nous pouvons mettre en place sur le bateau pour limiter notre impact sur l’environnement.  Nous sommes partis du livret Ecogeste méditerranéen qui forme une solide base pour avancer sur ce sujet (voir liste des actions en fin de compte-rendu).

La soirée se poursuivi par un magnifique couché de soleil et une tartiflette d’Anne.

Dimanche

Le lendemain grâce au changement d’heure nous sommes opérationnel tôt. Nous faisons 2 mesures au Secchi disque dans la baie puis partons mouiller au niveau du Liouquet sur un plateau rocheux.

Charlie nous fait une présentation sur les facteurs influençant la vie marine (lumière, température, courant, etc…). Un changement naturel ou artificiel, provoque le déplacement, la réduction voire la mort d’une espèce (exemple des nacres qui disparaissent avec l’augmentation des températures). Il nous explique aussi les liens entre espèces. Par exemple, le mérou après avoir quasiment disparu revient en nombre (pêche interdite), mais cause la raréfaction des poulpes qu’il adore.

Petite prise pour Mathieu (immédiatement relâché)

Après, nous nous sommes encore baigné, avons vu divers poissons (saup) et plantes, ainsi que des étoiles de mer. Après le repas (croque-monsieur d’Etienne), nous levons l’ancre vers 15h en direction de la Ciotat. Charlie nous fait une dernière présentation sur les herbiers de posidonie, la vie qu’ils abritent et tout l’intérêt de les préserver.

Dans le port de la Ciotat nous faisons le tour du voilier A (plus grand voilier du monde appartenant à un milliardaire russe). Les autres yachts paraissent minuscules à côté de lui.

Nous continuons au moteur jusqu’à Port-Miou.

Pendant le trajet nous faisons un point sur les actions concrètes que nous pouvons mettre en place (voir ci-dessous).

A l’arrivé : ménage et petit travaux avant de débarquer à la nuit tombante. Nous nous quittons tous très satisfait du week-end ! tous les objectifs sont remplis !

Point technique :

  • Le coffre a été déposé et le plancher initial reposé.
  • Charlie a remplacé la vis trop longue sur l’échelle de bain.
  • Il y avait encore pas mal d’eau dans les fonds, mais moins d’huile que les fois précédentes.
  • La poigné de porte des WC se déboite. les vis à pointeau sont manquantes.

Mesure pour la protection de l’environnement à bord d’Ohana :

2.Antifouling

Utiliser un antifouling moins nocif pour l’environnement. En effet, le but de ce produit est d’empêcher la fixation d’organisme vivant. Les produits traditionnels sont des biocides qui tuent les organismes vivants. En ce détachant ils polluent l’eau. L’utilisation d’un produit dur cette année est déjà une première étape. Ensuite il existe des alternatives (produit à base de cuivre) ou qui agissent en rendant la surface glissante (téflon, cire, …). Le site : http://seme.cer.free.fr/plaisance/antifouling-ecologique.php donne de nombreuses pistes à explorer.

2.Savon

L’utilisation de détergent impact l’environnement pour diverses raison (voir livret Ecogestes  page 22). L’utilisation de savon naturel limiterait l’impact. Est proposé : l’utilisation d’un savon de Marseille en bloc pour la vaisselle (dans une boite plastique pour le rangement).
Pour le corps : mise à disposition de savons individuels. Ces petits savons seraient mis dans une petite boite que l’on pourrait prendre pour quelques euros à déposer dans une boite dans les WC.
Pour le reste du ménage, creuser le site « le ménage de Raffa » qui fait référence sur le sujet.

3.Epuisette

Tout au long du week-end nous avons croisé des déchets en plastique qui flottaient. Faute de matériel adapté nous n’avons pas pu les ramasser (sauf Mathieu avec sa canne à pêche !). Une épuisette à portée de main (à côté de la gaffe) résoudrait le problème et permettrait aussi de récupéré des objets tombés à l’eau du bateau (gobelet, …). Budget environ 30€.

4.Tri-sélectif

Pour faciliter le tri des déchets une seconde poubelle serait bienvenue. Elle pourrait être positionnée au-dessus de l’autre.

5.Eau potable

Encourager les gens à venir avec 2 ou 3 gourdes qui pourront être remplies au port. Ceci évite de consommer du plastique pour des bouteilles qui sont rapidement jetée, et allège sensiblement les sac d’avitaillement.

6.Générer moins de déchets pendant les courses

Une phase importante de la réduction de déchets est l’achat de l’avitaillement. A ce moment il est possible de choisir des produits avec moins d’emballage. Préférer notamment les produits en vrac pour les produits non périssables (exemple : remplacer les sachets de thé par du thé en vrac).

7.Orin sur mouillage

Comme recommandé par différent organismes, l’utilisation d’un orin sur l’ancre évite d’arracher le fond surtout dans un herbier de posidonie (voir livret Ecogestes page 28-29).
L’orin pourrait être mis à disposition dans la baille à mouillage. Il pourrait être constitué d’un bout avec des nœuds tous les mètres pour ajuster sa longueur en fonction de la profondeur et un mousqueton pour le fixer au bon niveau à l’ancre.

Et aussi, réparer la fuite d’huile du moteur (déjà prévu).

Toutes ces propositions seront présentées au prochain comité directeur pour vote et mise en œuvre.

Pour aller plus loin

Livres de références amenés par Charlie

La gestion des déchets à bord de Tara:
https://oceans.taraexpeditions.org/wp-content/uploads/2014/07/ficheressourcegestiondechetsabordtara.pdf